Les Roches du diable

 

Les roches du diable

La chape de plomb
D’un matin d’automne
S’étale le long
Des côtes bretonnes.

Le poisson s’agite,
L’hameçon l’attire ;
Le vieillard cogite,
Il se voit partir.

Dans la tourbière,
L’automne anthracite
Étend dans la bière
Une mort licite.

Tout au loin, le phare,
Pointe la demeure
Pleine de cafards ;
Un breton s’y meurt.

Sur la tourbe noire,
L’automne capture
Le sombre manoir ;
Triste est la nature.

Les Roches du diable
Aux lichens cendrés
Crient l’inoubliable
Au deuil susurré.

Le rouge violet
En gris se reflète.
Le terne galet
Aux faces replètes

Brouille l’estuaire.
Un quidam y plonge
L’avis mortuaire,
L’automne l’allonge.

La mort en Bretagne
A l’automne pleure ;
La belle campagne
Enterre les fleurs

Lien permanent 1 commentaire

Commentaires

  • Bravo David. Votre plume est toujours subtile . C'est un plaisir de vous lire.
    Linda

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel