Le poétique virus ne nous fait pâlir, il nous fait jouir I

AMITIE.jpg

S'aimer autrement

Aux brumes d’un désespoir il se souvient ; dans un brouillard de misère elle se rappelle ; il enlace son sourire, elle caresse sa sympathie, mais la passion ne les effleure pas.

Il ne perçoit pas sa plastique ; elle ne saisit pas sa beauté. La volupté s’épanche des yeux de la belle ; un air lascif enrobe la voix du bonhomme ; les deux cheminent dans la tendresse ; l’homme et la femme promènent l’affection au grand dam de l’amour.

Le corps garde ses distances ; l’esprit érige ses barrières. Le malheur unit l’homme et la femme ; ils se complaisent dans leurs misères ; la clabauderie les soude, les cancans engourdissent leurs peines, le babillage les entraîne ; au pays du futile ils deviennent complices. L’art les emmène ; l’esthétique les transporte ; la grâce s’accorde à leur amitié, mais le désir ne s’invitera pas.

Ses narines vibrent d’émotion ; ses joues rougissent de plaisir ;les deux décorent un estaminet ; ils fleurissent une rue ; leur entente est une rose sans épines ; leur bonne intelligence est un fruit sans pépin, mais ils n’ont l’un pour l’autre aucun béguin.

Il lui ouvre ses portes intimes ; elle lui dévoile son secret ; les deux jettent leur masque ; leur âme nue se couvre de sentiments. Ensemble ils s’élèvent et se rient de l’éphémère. Leurs jours heureux plein de soleil ; leurs quotidiens gris où pleut l’ennui se mélangent et forment un bel arc-en ciel qui ne disparaîtra qu’à la nuit éternelle

L'amitié au féminin

Nous ne nous disons pas « je t’aime ».

Nous n’abordons jamais le thème

De l’amour dans nos bavardages ;

L’amitié, c’est notre partage.

Nous clabaudons, nous discutons.

Jamais nous ne changeons de ton ;

Aucune allusion amoureuse,

Nulle intonation langoureuse

Ne vient aiguiser un désir.

Nous nous voyons pour discourir.

Si le feu devait nous atteindre,

Il devrait peut-être s’éteindre,

Mais renaîtrait-il de ses cendres ?

L’amour se perd dans les méandres

D’une vie faite de passions

Mais où les nobles sensations

S’éclipsent souvent dans les brumes

Du plaisir que le temps écume.

Ne crois-tu pas cher compagnon

Que nos petites réunions

Nous permettent de préserver

Une sympathie cultivée

Dans la douleur de nos révoltes

Où la tendresse se récolte

Au temps des sourires complices

Quand nos paroles nous unissent ?

Tant de non-dits, tant de silences

Enrichissent nos connivences.

Nombre de rencontres furtives

Egaient les heures fugitives

Des journées tristes à mourir

Et qui ne veulent pas finir.

Laissons une part de mystère

Envelopper nos caractères

Afin que le secret nous plonge

Dans le sortilège d’un songe

Où l’amour ne s'exprime point

Mais nous illumine de loin.

David Frenkel

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.