Tapage nocturne

Si la rumeur diurne de la rue est la clameur des pensées citadines, le tapage nocturne d'un arrière ban est l'aboiement de la déraison urbaine.  Et si la sérénade, composition ou représentation musicale destinée au Moyen-Age à être jouée la nuit ou aux aurores à une personne dont ont s'était épris, l’œuvre cacophonique ou le boucan dissonant, affecte de nos jours ceux qui, bercés dans les bras de Morphée, subissent le mépris. Lorsque les fumeurs, sirotant une bière pression, exhalent leurs humeurs dans des esclaffements ou dans des vociférations, et que les pandores ne font rien pour intervenir contre ces bruits sonores, il ne faut pas s'étonner que les gens privés de repos soient un jour astreints à une cure de repos. On regrette cette cigarette qui enfermait les bambochards dans les restaurants ou les bars. Car si la clope est nocive pour les employés et les consommateurs, aller fumer dehors peut aussi causer à autrui bien des torts, et n'oublions pas que le manque de civilité est le moteur de l'agressivité. C'est pourquoi les nichoirs pour les oiseaux de nuit devraient se situer dans les faubourgs où l'activité diurne sommeille dans la lueur des étoiles.

 

 

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.