Le traçage des personnes contaminées n'est pas une mesure dictatoriale.

Les humains sont responsables l’un de l’autre, tel est l’enseignement qu’un virus est en train de nous donner. Il incombe donc à l’État, le garant constitutionnel de la solidarité entre les habitants d’un pays, d’œuvrer pour leur santé. Il en va ainsi lors des alertes au smog dans les villes, par exemple, et il doit aussi en être ainsi lors de la propagation du covid19 dans nos contrées. Pour endiguer les ravages que ce virus peut causer à la population, les autorités compétentes en la matière ont donc pris deux importantes mesures, à savoir : le traçage des contacts et l’isolement. Il ne viendrait à personne l’idée de considérer que la circulation alternée imposée par les autorités en cas de danger de pollution soit une mesure dictatoriale et de s’en insurger. Alors pourquoi s’offusquer et agiter le spectre de la dictature lorsqu’il s’agit de prémunir les individus contre une infection virale. Je pense que la raison de cette allergie aux mesures sanitaires relève d’une part de la non-acceptation de ce virus, et d’autre part de l'ignorance de sa persistance. Certains en viennent donc à se défouler inconsciamment sur l’État.

J’ajouterais encore ceci : puissent nos autorités se souvenir quand le covid19 sera vaincu qu’il faut à tout prix prendre des mesures pour préserver notre environnement. Non pas en imposant des taxes à tout va qui sont profondément anti-sociales, mais en interdisant purement et simplement certaines pratiques qui nuisent à l’écologie. Préserver la vie d’autrui au temps du coronavirus est aussi important que de préserver l'humanité des pesticides ou de toutes autres matières polluantes qui mettraient la vie des humains en danger. Ceux qui en font commerce devraient donc être autant punissables que ceux qui ouvrent leur discothèque lorsque la pandémie sévit.

 

Lien permanent 9 commentaires

Commentaires

  • Le bon sens et le respect d'autrui sont des denrées de plus en plus rares. Merci à David Frenkel de nous le rappeler.

  • Le respect d'autrui commence par le respect de soi.

    Que les personnes susceptibles d'être gravement atteintes par la covid-19 avec une probabilité supérieure à la grippe saisonnière se prémunissent de la covid-19 (je ne nie pas qu'il existe de telles personnes). Ainsi, ils se maintiendront en bonne santé et préserverons le système sanitaire.

    Que les personnes sensibles se confinent ou ne se confinent pas, mais alors portent un masque utrafiltrant FFP2. Il vaut mieux handicaper une minorité que la majorité.

    En d'autres termes, que les fragiles se planquent chez eux ou derrière un masque (avec l'aide de la société) et les plus solides vaquent à leurs occupations, y compris de production, de consommation et de paiement d'impôt (solidarité).

  • Qui ou qu'est-ce qui se cache derrière CEDH ? Je suppose pas la Concention Européenne des Droits de l'Homme ?? Quoiqu'il en soit, votre commentaire est hors de propos. M. Frenkel parlait surtout du traçage, une technique évidemment efficace pour couper les chaines de contamination et non du port du masque, lequel reste en tout état de cause un moyen de protection efficace, pour autant qu'il soit adopté par tous. Rappelons qu'un masque protège surtout l'entourage du porteur. Un peu de solidarité que diable et foin de la paranoïa Big Brother ! Si vous n'avez pas confiance en votre gouvernement, vous avez eu tort de l'élire ou alors, vous ne croyez pas en la démocratie !

  • Deutéronome (Devarim, 30,19) : « J’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Tu choisiras la vie pour que tu vives, toi et ta postérité ».

    Il convient donc de sauvegarder sa propre vie. Sauvegarde qui entraîne la nécessité de se prémunir autant que possible du Sars-Cov-2 si l'on est à risque. Il convient donc de s'isoler et lorsque cela n'est pas possible de faire usage d'un masque ultrafiltrant, lequel protège celui qui le porte. Ces mesures sont suffisantes. Point n'est besoin d'imposer aux autres des mesures liberticides, voire assassines. Assassines puisque celles prises à ce jour ont tué les uns pour sauver les autres.

    Elles n'ont d'ailleurs pas fini de tuer au vu du désordre socio-économique qu'elles génèrent en Suisse et au niveau planétaire.

    Quant à "mon" gouvernement je ne l'ai pas élu car je ne suis ni conseiller national ni conseiller aux états. Au demeurant le renvoi "à votre gouvernement" n'est pas celui d'un suisse.

  • Vous montrez une couche d'acier dans votre contact avec le monde extérieur.
    Que recelez--vous à l'intérieur de vous?

  • Chère Madame, je recèle au fond de moi, moi qui a été atteint de la polio à l'âge de 2 ans, en Roumanie où l'on ne vaccinait pas, je recèle disais-je, un respect à cette vie humaine qui ne nous appartient pas. L'homme ne peut s'approprier la vie d'autrui en faisant preuve d'irresponsabilité envers lui. Un homme qui porte en lui le covid19, c'est comme s'il portait une arme qui pourrait anéantir autrui. Bonne journée

  • Je ne vois pas CEDH en quoi le traçage des personnes infectée est une mesure liberticide si elle permet de sauver votre vie ? Et je vois surtout pas en quoi le traçage du Covid19 vous assassinerait ? Je m'excuse de vous le dire mais là vous affabulez à mort (si je peux me permettre ce jeu de mot) ! Le traçage n'a tué personne. Et le traçage des gens atteint du covid19 permet de maintenir un ordre économique, en écartant du circuit les personnes infectées. Je vous signale aussi que les députés aptest à former le gouvernement suisse ont été élus par le peuple. la discussion avec vous à ce sujet est close.

  • Ma main au feu que ces personnes qui s'opposent à M. Frenkel, donnent des leçons, sont chez eux bien CLOITRÉS et MASQUÉS.

    Le mieux serait d'éviter de nous imposer leur mépris et commentaires insultants à votre égard!

    Bonne fin de journée DFrenkel!

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel