Serait-ce utopique ?

A l’occasion du 1er août on pourrait aussi demander à nos autorités fédérales de mettre la pédale douce en ce qui concerne la mesure d’exception dont est victime l’État d’Israël. Que nos autorités continuent à subventionner l’UNWRA (22,3 millions de francs ont été versés en 2019), un organisme dont le but est de mettre fin à l’État hébreu en désirant le submerger à la longue de 5,6 millions de réfugiés (j’y reviendrais dans les prochaines lignes), c’est une chose, mais que dans la liste émise par l’Office Fédéral de la Santé Publique (OFSP) concernant les personnes soumises à la quarantaine obligatoire en Suisse, car provenant des pays à risque, figurent les territoires palestiniens occupés (voir document annexé) est une mise au pilori partisane de l’État juif, et fait partie de ces mesures d’exception qui définissent l’antisémitisme.

En effet, pourquoi ne pas avoir mis dans cette liste les territoires ukrainiens occupés  par la Russie ? En citant les territoires palestiniens occupés, l’OFSP se réfère à la Judées Samarie située en zone C et qu’Israël administre en vertu des accords d’Oslo conclus en 1993. Et ces Messieurs pourraient-ils me dire quand est ce que la Judée Samarie fut gouvernée par un État palestinien ? Il est turpide de vouloir officialiser le narratif du Hamas et de l’OLP. L’apposition du tampon J sur les passeports juifs de Suisse durant la deuxième guerre mondiale est déjà de triste notoriété. Que les autorités helvétiques n’en fasse pas derechef usage concernant l’État juif, seul pays à être qualifié officiellement par nos autorités "d'occupant, alors que des dizaines de nations dans le monde occupent des territoires.

Par ailleurs, en ce jour de fête nationale, puissent nos chers conseillers fédéraux faire cet examen de conscience : peut-on avec l’argent du contribuable suisse soutenir une UNWRA qui ne cherche aucunement à intégrer les 5,6 millions de réfugiés, dont le statut est transmissible de père en fils, dans leur pays d’accueil (d’ailleurs, a-t-on demandé aux enfants et petits-enfant de ces réfugiés s’ils désirent venir s’établir dans un pays avec lequel ils n’ont pas d’attache ?). Ces gens sont parqués comme des annimaux dans des camps insalubres au possible (https://www.refworld.org/docid/5075533a2.html).  Alors que cesse cette plaisanterie révoltante. En soutenant l’UNWRA, les contribuables suisses font perdurer le conflit israélo-arabe ad æternam. Je rappelle qu’en juillet 2000 Ehud Barak, alors premier ministre israélien, avait mis sur la table des négociations une proposition audacieuse qui aurait fourni aux Palestiniens un État souverain indépendant dans presque toute la Judée Samarie et Gaza, sans une seule implantation juive en vue, et une capitale à Jérusalem-Est, y compris les lieux saints. Cette proposition avait échoué, car Yasser Arafat, chef de l’OLP avait exigé en plus qu’Israël accepte aussi le droit de retour pour près de 5mio de réfugiés, ce qui aurait représenté la mort pacifique de l’État juif. Oui, je le dis haut et fort : par la faute de nos autorités nous sommes, nous citoyens, complices de la perdurance d’un conflit septentenaire. Le Hamas, groupe terroriste a aussi organisé des manifestations nommées « Droit de Retour, et Mahmoud Abbas, le successeur d’Arafat, n’est pas en reste non plus.

Je prie donc nos gouvernants de revoir leur délétère politique envers l’État hébreu. Mais je crains que ce soit utopique.

Annexe :

Liste en vigueur depuis le 23 juillet 2020 à minuit (voyageurs en provenance des pays suivants devant être mis en quarantaine)

Afrique du Sud

Arabie saoudite

Argentine

Arménie

Azerbaïdjan

Bahreïn

Bolivie

Bosnie et Herzégovine

Brésil

Cap-Vert

Chili

Colombie

Costa Rica

El Salvador

Émirats arabes unis

Équateur

Eswatini (Swasiland)

États-Unis d’Amérique (y c. Porto Rico et les Îles Vierges)

Guatemala

Honduras

Îles Turques-et-Caïques

Irak

Israël

Kazakhstan

Kirghizistan

Kosovo

Koweït

Luxembourg

Macédoine du Nord

Maldives

Mexique

Moldavie

Monténégro

Oman

Panama

Pérou

Qatar

République dominicaine

Russie

Serbie

Suriname

Territoire palestinien occupé

 

 

 

Lien permanent 3 commentaires

Commentaires

  • Il est utopique, en effet, de penser qu'Israël pourrait être retiré de la liste des pays à risques. Les critères faisant qu'un pays ou un autre s'y trouve sont sanitaires. Israël, qui a rouvert trop tôt, connaît une résurgence des infections (https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-coronavirus-in-israel-police-refrain-from-closing-shops-despite-weekend-restriction-1.9037993).

    Qui plus est, tout passager en provenance d'Europe arrivant en Israël, y compris ceux de nationalité israélienne, doivent se soumettre à une auto-quarantaine de 14 jours. Il n'y a donc aucune raison valable de changer quoique ce soit.

    Pour le reste, je partage votre avis sur l'UNWRA, mais quel rapport avec le Covid-19?

  • @Déblogueur : VOUS N'AVEZ PAS COMPRIS MON PROPOS, je ne parlais pai des mesures de mis en quarantaine totalement justifiées mais de la spécification de "territoires palestiniens occupés". Quel rapport entre l'UNWRA et le covid ? c'est que la Suisse se porte en donneuse de leçons en nommant la Judée Samarie "territoires palestiniens occupés", alors qu'elle fait perdurer le conflit israélo-arabe

  • En ces temps d'épidémie, nos Conseillers fédéraux - et notre classe dirigeante plus généralement - devraient se méfier : n'auraient-ils pas contracté, notamment de nos voisins français où elle sévit depuis longtemps, l'islamophilie, une maladie aux effets aussi délétères qu'insidieux ? Une maladie qui s'accompagne systématiquement d'israélophobie et de judéophobie. En France, elle s'est déclarée au début des années 60 sous l'impulsion de De Gaulle avec les effets que l'on peut constater aujourd'hui. Cette maladie se manifeste par une politique malsaine, basée sur un principe fallacieux, celui de "l'apaisement" et une illusion, celle des échanges mutuellement bénéfiques. Etant donné la logique islamique, l'apaisement conduit inéluctablement à une intensification de la belligérance du prétendu offensé (le musulman) et une soumission accrue du prétendu offenseur (l'occidental en général, le juif en particulier), donc un cercle vicieux qui ne peut s'arrêter que par la victoire totale de "l'offensé". Quant aux "échanges mutuellement bénéfiques" ils ignorent une caractéristique fondamentale de l'islam : la totale imperméabilité qu'il impose à ses adeptes, - par la voix de son Coran immuable - à d'autres cultures ou façons de penser. En ce jour de Fête nationale, il serait plus que souhaitable que nos élites se sensibilisent et se protègent - et nous protègent - de ce virus plus pervers et non moins dangereux que le Covid.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel