Rondeurs... Le poétique virus ne nous fait pâlir, il nous fait jouir (XXIX)

Courbes féminines et masculines

images?q=tbn:ANd9GcRdveT6J2guKNLzfAZ-s2kdDP8wl3ArHFv0OHihPmDV85aqfqc

La volupté s’élève
D’un galbe bien en chair.
L’œil luxurieux s‘accroche
A l’image aimantée
D’une cambrure ferme
Égayant l’ordinaire.

Le biscoteau soulève
La virilité chère
Aux prunelles si proches
Du muscle bien sculpté,
D’une rondeur qui germe
Dans l’homme imaginaire.

L’arrondi merveilleux       
Flatte un triste regard.
La volute érotique
Monte de maints esprits ;
Elle va l’éblouir
D’amoureuses promesses.

Ô pectoraux glorieux,
La femme en vous s’égare.
Le rêve fantastique
Va la faire jouir ;
L’arc soudain se redresse

En signe d'une future allégresse                                                          

La courbe perspective
D’un futur féminin
Tombe sur l’horizon
De la crue destinée.
La convexité glisse
Sur un semblant d’amour.

L’inflexion invective
Un appétit canin
Tourmentant sans raison
Une femme abonnée
A l’incurvation lisse
D’un magique contour.

https://www.youtube.com/watch?v=rhh32p2TZoE

David Frenkel

 

 

 

 

 

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.