La notion de "peuple palestinien"

La notion de “peuple palestinien” est dépourvu de sérieux. Cette idée n'est qu'une ruse vicieuse pour détruire l'Etat juif. C'est ce qui ressort d'une interview que Zuheir Mohsen, dirigeant de l’OLP, a donnée en mars 1977 au journal néerlandais Trouw, et je le cite: Le peuple palestinien n’existe pas. La création d’un Etat palestinien n’est qu’un moyen de poursuivre notre lutte contre l’Etat d’Israël pour l’unité arabe. En réalité, il n’y a pas de différence entre Jordaniens, Palestiniens, Syriens et Libanais.1)

David Horowitz l’un des grands intellectuels conservateurs américains contemporains en fait la démonstration dans son livre intitulé "Comment le peuple palestinien fut inventé" (Éditions David Reinharc, 2011), traduit en français de sa version originale anglaise par le politologue français Guy Millière. Cet ouvrage choc est une réponse cinglante à l’essai très controversé de l’universitaire israélien Shlomo Sand, Comment le peuple juif fut inventé. L'auteur y souligne que le conflit du Proche-Orient n’est pas la résultante de la revendication du Droit d’un peuple à exister à côté d’un autre peuple. La notion de “peuple palestinien” a été créée de toutes pièces après la fondation de l’O.L.P pour annihiler Israël2). Et que l'on me permette d'ajouter mon petit grain de sel aux affirmations de Monsieur Horowitz, en répétant ce que j'ai déjà écrit dans un précédent billet :

En 2000, à Camp David, lorsque Bill Clinton a convaincu Ehud Barak d’accepter d’importantes concessions, le Premier ministre israélien avait alors validé le plan qui donnait un État aux Palestiniens, connu aux Etats-Unis sous le nom des Clinton Parameters. Non seulement le chef d'alors de l'OLP, Arafat, a refusé, mais encore a-t- il déclenché la seconde intifada.

En 2008, Israël, en la personne de son Premier ministre Ehud Olmert, a fait, une nouvelle fois, d’énormes concessions, jusqu’à accepter la division de Jérusalem. Israël ayant donc derechef, accepté la création d’un État palestinien jouxtant ses frontières, et avec le risque terroriste que cela comportait, celui qui est encore aujourd'hui à la tête de l'OLP, Mahmoud Abbas, a refusé.

A ce jour,  les Arabes se nommant "palestiniens"ne désirent toujours pas signer un traité de paix avec Israël. En 2009, Mahmoud Abbas a requit de Netanyahou un gel de 10 mois des constructions en Judée Samarie comme condition pour reprendre les négociations de paix. Netanyahu a obtempéré, mais Abbas n'a pas tenu sa promesse.

Alors pourquoi tous ces refus ? Ils sont hélas motivés par le désir "palestinien", qui est inacceptable pour l’État hébreu, de submerger celui-ci avec des millions d'enfants et petits-enfants de réfugiés3) afin de lui enlever son caractère juif et en faire un énième État arabe. Le Coran plein d'invectives haineuses envers les juifs, verrait d'un mauvais œil la coexistence pacifique entre un l’État hébreu et un État suivant à la lettre l'orthodoxie musulmane telle que le conçoivent les sbires sous l'égide de l'OLP4) et du Hamas. Le conflit israélo-"palestinien" n'est donc pas territorial mais existentiel pour Israël.

David Frenkel

1) http://www.kountrass.com/arafat-a-dit-peuple-palestinien-a-ete-invente-detruire-israel/

2) https://www.cjnews.com/culture/books-and-authors/c omment-le-peuple-palestinien-fut-invente

3) Sous les auspices de l'UNRWA The United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees;(en français: "Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient") Le statut de réfugié héréditaire de l’UNRWA pour les Palestiniens est unique. Aucun agence onusienne spécifique n'a été créée pour venir au secours des dizaines de millions de réfugiés qui ont fui les guerres de par le monde; tous ces réfugiés sont pris en charge par un organisme unique qui est le HCR. Et dire que la Suisse finance l'UNRWA à hauteur de plus de 20 millions CHF (chiffre 2019)

4)  Les articles de la Charte de l'OLP hostiles à l’État israélien, supprimés par le Conseil national palestinien, n'ont pas été remplacés par des dispositions positives reconnaissant Israël

Lien permanent 2 commentaires

Commentaires

  • Au risque de me répéter pour la énième fois ! (Merci à Gérarfd Brazon de le confirmer)

    À commencer par le nom de Palestine

    Le nom de « Palestine » fut attribué au territoire de Judée par l’empereur romain Hadrien, comme mesure punitive à la révolte menée par Bar Kokhba et en référence aux Philistins. Ce nom était lui-même dérivé, par l’intermédiaire du grec, de l’hébreu où le mot peleshet désignait les Philistins.

    Les Arabes vivant en Palestine sont arrivés récemment. Ils ne peuvent pas se présenter comme des autochtones, comme les Aborigènes en Australie ou les Amérindiens en Amérique. Le peuple palestinien est une invention pour contrer le peuple juif et les sionistes qui revendiquaient la terre de leurs ancêtres.

    L’histoire est bien sûr celle des vainqueurs, mais les vainqueurs n’ont pu éradiquer une réalité, celle concernant la volonté romaine de faire disparaître ce peuple juif d’un territoire occupé par l’Empire romain, de la même manière que l’éradication de Carthage dans ce que l’on appelle Tunis aujourd’hui.

    Et cet extrait occulté AUSSI par nos antisémites

    Utiliser les subventions européennes pour financer des écoles coraniques où on apprend la haine du Juif ne poussera pas les enfants arabes de cette région vers un bel avenir de paix. C’est Mohammed al-Shaikh qui affirme que « Les Palestiniens sont une calamité pour tous ceux qui les accueillent. La Jordanie les a accueillis et il y a eu Septembre Noir ; le Liban les a accueillis et une guerre civile a ravagé le pays ; le Koweït les a accueillis et ils se sont transformés en soldats de Saddam Hussein.

    Lire la suite;

    https://ripostelaique.com/lue-finance-des-ong-pro-palestiniennes-qui-haissent-israel-et-loccident.html

  • Bonsoir, je viens sur ce billet qui répond le plus à mon commentaire
    Franchement, vous perdez votre temps avec ce négationniste , et lui donnez l'occasion rêvée de mettre des liens qui sont sujet à caution sur Israël.
    Après vérification du lien et étant certaine de ce que j'allais découvrir... Je ne me suis pas trompée:

    Ilan Pappé, Un idiot utile parmi les "nouveaux historiens"

    Au cours des années 2000, Ilan Pappé a été le sujet de plusieurs polémiques, notamment à la suite de l'affaire Tantura et à son appel au boycott des universités israéliennes, ce qui l'a conduit à entrer en conflit avec ses collègues de l'université de Haïfa et en particulier avec Yoav Gelber. Benny Morris, également « nouvel historien », et lui ont fortement divergé sur leurs analyses des événements de 1948 et dans leur vision des responsabilités du conflit israélo-palestinien.

    Il s'est exilé en Grande-Bretagne en 2007. Il est aujourd'hui professeur d'histoire à l'université d'Exeter et directeur du Centre européen d'études sur la Palestine.

    - Au royaume des aveugles le borgne est roi!

    Positions politiques

    En 1996, il s'est présenté comme candidat à la Knesset sur la liste du Hadash emmenée par le Parti communiste israélien.

    Ilan Pappé est antisioniste, et était membre en 2002 du Parti communiste israélien6.

    Il est membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine dont les travaux ont commencé le 4 mars 2009.

    Il est actif dans le mouvement BDS qui vise a boycotter par exemple les universitaires israéliens.

Les commentaires sont fermés.