Ma seconde réponse à Joseph Daher : voici le supposé apartheid brutal de l’État juif

Décortiquons 4 points de l’information :

1 -/ Infirmiers arabes israéliens :

Eretz Israël compte plus de 21% d’Arabes israéliens, au nombre de 1,956 millions en début d’année. En comparaison, à Gaza où règne le Hamas, il y a zéro Juifs – si l’on excepte une petite poignée de braves soldats antiterroristes infiltrés. Et impossible pour un Juif de pénétrer dans un territoire palestinien, même par erreur, sous peine de lynchage, suivi d’une mort probable. Des panneaux le rappellent aux entrées routières.

Photo d’archive personnelle

Il se trouve que les employés arabes sont surreprésentés dans le système de santé israélien.

Selon des chiffres du Ministère de l’intérieur via le quotidien Haaretz en 2020, 17 % des médecins et le quart des infirmiers sont issus de la minorité arabe, ainsi que près d’un pharmacien sur deux.

Les Arabes israéliens parviennent jusqu’aux plus hautes fonctions du domaine hospitalier (et de bien d’autres domaines), telle cette femme Chef de service qui s’illustrait l’année dernière dans son combat contre la pandémie covid:  [bémol dans cet article, l’erreur courante concernant les « palestinens » qui en 1948, n’existaient pas nommément.]

Khitam Hussein 

L’intégration arabe au système de santé israélien ferait exception, pourrait-on rétorquer ? Voici un autre domaine : Ella Wawiya, femme, musulmane et capitaine dans Tsahal, portée volontaire au lieu d’être exemptée comme il le lui est possible, pour qui « Le drapeau israélien [lui] donne un sentiment d’excitation, d’appartenance et d’amour ». « Que recherchent les gens? L’égalité entre un arabe et un juif, un bédouin, un druze et un circassien. Le chemin de l’égalité passe par Tsahal, le ministère de la Défense, la police. C’est comme ça que ça commence ».

Ella fait partie des 1000 arabes israéliens incorporés dans l’armée israélienne , au sujet desquels la question de confiance ne se pose quasiment plus, et réciproquement.


Quant à l’éducation nationale, sous le précédent gouvernement Netanyahu, le nombre d’étudiants arabes dans l’enseignement supérieur, était passé à 18%. La France interdit ce genre de statistique, mais en toute honnêteté, il est permis de supposer, quelles qu’en soient les raisons, que nous sommes loin d’atteindre cette proportion de population arabe estudiantine.

Étudiants arabes israéliens sur le campus de Givat Ram à l’université hébraïque, le premier jour de la nouvelle année universitaire, le 26 octobre 2014. (Miriam Alster / Flash90)

Autre exemple – si l’on peut le qualifier ainsi – marquant d’une intégration israélienne confinant parfois au masochisme : cette femme arabe chrétienne, députée de la Knesset, Aïda Touma-Suleiman. Celle-ci se permet régulièrement, ouvertement et sans ambages, d’utiliser la chaire de la haute fonction publique qui lui est assignée, pour s’acharner contre le pays qui lui donne cette chance et en trahir les fondements sécuritaires. Quand elle ne crache, pas au sens propre, sur les accords d’Abraham au travers de la représentation de la délégation bahreïnie comme mardi dernier, elle promeut une politique favorisant le plus dangereux ennemi d’Israël, l’Iran. Adhérente du Hadash pour lequel elle est rédactrice en chef, allié à la gauche radicale, lequel parti avait formé la Liste unifiée avec les partis arabes Ta’alBalad. La Liste siège avec 6 sièges sur 120.

Aïda-Toumah-Suleiman – Jonathan Zindel / Flash 90

Sur le même registre d’appel à une déconstruction d’Israël, nous pourrions citer aussi un autre député arabe Mansour Abbas, de la Liste arabe unie, 4 sièges à la Knesset – séparée pour l’occasion de la Liste unifiée. Il s’illustre entre autres par sa complaisance envers les émeutiers arabo-israéliens ou le poison qu’il distille au sein de la coalition Benett , profitant d’une faiblesse structurelle et organisationnelle pour semer le doute chaotique par ses petits mensonges.

Mansour Abbas a deux faces

2 -/ Un terroriste membre du Hamas

Revenons au selfie (in)hospitalier.

Miqdad Qawasmah, 24 ans, est parfaitement identifié. Il appartient à un clan familial réputé pour ses activités terroristes.  Le père est un haut responsable du Hamas, son frère est Abdullah Qawasma, ancien commandant de la branche armée du Hamas à Hevron ; ayant assassiné 44 Juifs, il a été refroidi en 2003 par Israël.

Il est sûr que durant sa captivité, Miqdad Qawasmah ne craignait pas beaucoup de perdre du poids, et il est bon de rappeler certains images comparatives de captivité palestinienne (ci-dessous en haut pour Gilad Shalit) et israélienne (en bas de l’image, le résultat du régime carcéral de la palestinienne Ahed Tamini).

Et en vidéo :

https://fb.watch/8FlGZ0JP6J/

vs

https://youtu.be/XA4NMTzWQDo

3 -/ En grève de la faim dans l’hôpital

Nous apprenons ici qu’un terroriste arabe, déjà antérieurement condamné à la prison, est jugé suffisamment digne de pitié pour être humainement pris en charge et bénéficier de soins et d’attention au sein d’un hôpital israélien, alors même qu’il inflige lui-même à son corps les violences sensées être soulagées dans cet espace public.

Il est utile de savoir que par ailleurs la pratique est courante en Israël, pour un terroriste qui souhaite échapper à sa détention provisoire. En effet, au bout d’un certain temps bien entendu non critique, le bon cœur israélien met en général un terme à ces souffrances auto-infligées, en libérant purement et simplement la supposée victime du système sécuritaire d’incarcération administrative.

Or, toute faveur dhimmie accordée aux ennemis des Juifs, est rendue en mille, en termes opposés de terreur, de douleurs et de familles endeuillées.

-.-.-.–.-.-.-

Louons ici en apparté, contraste qui n’échappera à personne, le courage de la si malheureuse Ebru Timtik, qui elle n’a jamais eu la chance de voir se concrétiser une quelconque pitié, ni parmi les tortionnaires de son pays, ni par le travail abouti d’« humanistes » plus prompts à se dresser au secours du terrorisme islamique. Pour mémoire, cette magnifique avocate est décédée en août 2020 au terme de 238 jours de longues souffrances dans les geôles turques, en grève de la faim pour réclamer un procès équitable. Le crime d’Ebru Timtik était de défendre les droits humains bafoués en Turquie, ce qui l’associait aux cibles des purges du pouvoir. Au stade de la plus grande faiblesse physique, elle n’a pas eu l’aumône d’une sortie de détention pour être traitée plus dignement dans un hôpital. Ebru Timtik a encore moins bénéficié d’une quelconque chaleur solidaire.

 Ebru Timtik, avocate ouvertement de gauche, était âgée de 42 ans.

Ebru Timtik, avocate ouvertement de gauche, était âgée de 42 ans.

Ankara accusait l'avocate d'être affiliée à l'organisation marxiste-léniniste radicale DHKP-C.

Ankara accusait l’avocate d’être affiliée à l’organisation marxiste-léniniste radicale DHKP-C. Crédit : Capture d’écran Twitter

-.-.-.–.-.-.-

4 -/ [les 2 infirmiers] Lui manifestant un soutien chaleureux

La solidarité affichée avec le terrorisme, exprimée au sein même d’un hôpital, par l’intermédiaire appuyé de 2 personnels de soin, habilités par conséquent à dispenser aussi des soins et contribuer au sauvetage de vies juives entre autres, elles-mêmes menacées de disparition par ledit terroriste et son mouvement, ne choque pas grand monde en Occident.

Pour couronner le tout il faut savoir que l’hôpital n’a pas congédié les 2 amateurs de selfie pro-terroriste, au motif qu’ils ont exprimé des regrets après enquête disciplinaire. Il n’est pas rapporté qu’ils aient pris conscience du caractère répréhensible de leur acte, mais tout laisse supposer qu’ils ont plutôt réalisé et regretté le problème de l’avoir filmé, et surtout dif

https://twitter.com/i/status/1447468507738877961

¤¤¤¤¤¤

De ce fait, si l’on résume la situation (à part Ted):

Israël offre les meilleurs soins aux prisonniers et détenus administratifs arabes israéliens ou palestiniens eussent-ils du sang sur les mains.

Israël offre les meilleures chances d’une bonne situation sociale à ses populations arabes, leur confiant des postes relevant d’une responsabilité morale, et ici, sanitaire de surcroît.

En échange des chances offertes (demandez aux arabes israéliens, même les plus remontés contre le pays qui les nourrit, s’ils envisageraient de rejoindre les « territoires palestiniens », la réponse négative ne se fera pas attendre) certains personnels arabes comme ici, crachent dans la main tendue en s’acoquinant, l’espace d’un film de soutien mais avant tout, par le penchant du cœur, avec les ennemis terroristes. Ce faisant, ils peuvent constituer eux-mêmes un risque terroriste, mais ne sont pas inquiétés pour autant.

Lesquels ennemis – Miqdad Qawasmah a 5 compères de même engeance dans la même situation – dès qu’ils auront suscité la larme à l’œil de décideurs Juifs dégoulinant de bonté mal placée, pourront stopper leur grève de la faim et assurer l’arrêt de leur captivité préventive. Se privant dans le même temps d’un engraissement spectaculaire aux frais de la princesse israélienne. Mais ne privant pas la société civile et militaire de leur activisme terroriste une fois libérés.

Par Marie Autesserre

Lien permanent 1 commentaire

Commentaires

  • Excellent article !
    Sur Ehru Timtik :
    Honneur à cette avocate kurde morte en prison après 238 jours de grève de la faim.
    Vive le Kurdistan, honte à la Turquie…
    « Ehru Timtik est immortelle »

Les commentaires sont fermés.