L'église est ailleurs pour le pire et le meilleur

Argent ! Argent ! Argent !

Dieu des temps modernes,

La probité se prosterne

Au pied de ton métal.

Devant ton faste et ton clinquant,

La rectitude courbe l’échine.

Sous l’âme, parcelle divine,

Vit le gnome, gardien du veau d’or.

Par les ficelles de la cupidité,

Il rappelle à lui l’humanité.

 

L’église est ailleurs pour le pire et le meilleur.

« J’achète, Je vends » prières contemporaines,

Se récitent dans les temples de la finance.

Exauce-nous grand ordonnateur !

Reprennent en chœur les apôtres du profit.

Eh, te voilà, souris !

Le gain est triste quand il est rat.

L’index va enfoncer les requêtes des hommes,

Dans le boîtier qui flèche leurs souhaits.

Des oui et des non cheminent jusqu’à toi

Ils forment ton cerveau, stupide machine ;

Le logos est devenu binaire.

Un clic, et te voilà divine richesse

Un hic, et te voilà diable de misère.

 

La menue monnaie tinte la sébile ;

Les gros billets sonnent le tocsin.

L’obole, fredonne sa modestie

Aux clairons d’une richesse investie.

David Frenkel

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.