Interrogations, constatations

Dans ma vieille carcasse

Jour et nuit je rêvasse

Depuis mon marécage

J’observe les nuages

Ils naissent et trépassent

D’autres prennent leur place

 

Suis-je la nue furtive

Cette âme fugitive

Suis-je l’ombre du ciel

Passant sur l’essentiel

Ou suis-je une plaie vive

D’un bon Dieu qui s’esquive

 

Ô douleur je te sens

Coule larme de sang

Sur un homme sans veine

Quand mon cœur est en peine

Malheur incandescent

Tu brûles l’innocent

 

Suis-je l’esprit falot

Ballotté par les flots

Suis-je l’aberration

D’un monde en création

Ne suis-je que le lot

D’une épopée mélo

 

Ô joie je me sens naître

Quand le bonheur vient paître

Sur l’homme évanescent

Ou quand l’amour descend

Sur un cœur qui va mettre

Le feu à tout son être

 

Dans ma vieille carcasse

Je me trouve cocasse

Tant d’imagination

Pour une incarnation

La nature me casse

La vie n’est pas loquace

David Frenkel (poème publié sur le site De Plume en Plume sous pseudonyme Benadel)

 

https://www.youtube.com/watch?v=rEGOihjqO9w

 

 

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.