Gloire au sourire gamin

Le chant retentit purement

De la bouche croquignolette

D’un adorable chérubin

Mon oreille entend goulûment

Les chants devenus obsolètes

Mettant l’adulte dans le bain

 

De l’insouciance nostalgique

Dans le bain sonore féerique

M’enveloppant d’âme enfantine

Le petit rend l’instant magique

Il baigne dans l’air excentrique

Entourant l’enchantée comptine

 

Angéliquement ingénu

Le sourire enfantin s’irradie

En une étoile enchanteresse

Ce rayonnement bienvenu

Me console des perfidies

Des risettes combien traîtresses

 

Que commandent les intérêts

De tout un chacun confondu

Donc gloire au sourire gamin

Dans ma nuit je languis après

Ce sourire qui m’a rendu

Cette gaieté propre à l’humain

 

Les pleurs du petit m’interpellent

Tant de lamentations hurlantes

Sortent d’une bouche innocente

Les demandes d’aide à la pelle

Résonnent en lames déferlantes

Sur ma personne vieillissante

 

Mais lorsque les bras consolateurs

Entourent la chair de la chair

Avec une douce affection

Le silence réparateur

D’une âme enfantine en jachère

M’apaise de toute affliction

David Frenkel (publié aussi sur le site De Plume en Plume sous pseudonyme Benadel)

 

 

 

 

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.