Le blog de David Frenkel - Page 4

  • Coronavirus : une video qui fait le buzz

    1)

    Alors que Mahmoud Abbas et le Hamas se servent de la Palestine (dont rappelons-le les frontières n’ont pas été définies, car elles sont soumises selon les accords d’Oslo de 1993 à négociation) pour livrer Israël à l'exécration, voila que nombre d’arabes israéliens étant corps et âmes au service de leur pays sont qualifiés de héros dans une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux. Elle bénéficie déjà d’un bouche à oreille formidable.

    Le coronavirus tort le cou aux idées reçues selon lesquelles juifs et arabes ne sont pas faits pour s’entendre. Lors de cette pandémie ils ont travaillé la main dans la main pour le bien de toute une population, toutes religions et toutes ethnies confondues. Et que dire de la photo (voir ci-après) qui montre un juif et un arabe, ambulanciers au service de l’ONG «Maguen David Adom» MDA («bouclier rouge ou étoile rouge de David») priant devant l’ambulance. MDA est une organisation non gouvernementale affectée aux urgences nationales pré-hospitalières et de la gestion des catastrophes ainsi que le garant de la collecte, du traitement et de la distribution du sang aux hôpitaux du pays.

    Alors sus aux deux oligarchies despotiques, j’ai nommé l’Autorité palestinienne et le Hamas, dont les castes dirigistes détournent les subventions reçues de l’étranger à des fins d’enrichissement personnels. Pour étouffer toute révolte de la rue contre le bas niveau de vie, ces dernières cultivent la haine d’Israël et des juifs, que l'ONU a condamnée2), et s’en servent comme moyen de diversion. Cependant, nonobstant cette haine, Gaza et Ramallah ont été unis par Israël pour la formation du personnel de santé ainsi que pour la fourniture d’équipements médicaux en tout genre. L’ONU a mis en avant cette coopération israélo-palestinienne aux fins de lutter contre le coronavirus.

    Par ailleurs, on trouvera sur le lien que voici (https://lphinfo.com/rencontre-inedite-en-samarie/) un bel échantillon de ce qui pourrait être le vivre ensemble israélo-arabe débarrassé des discours de déni qu'adoptent certains chefs.

    David Frenkel

    1) Voir la video sous https://www.israelvalley.com/2020/05/la-video-saluant-les-professionnels-de-la-sante-arabes-disrael-a-ete-vue-plus-de-deux-millions-de-fois/

    2) https://fr.timesofisrael.com/un-panel-de-lonu-denonce-les-discours-de-haine-palestiniens-une-premiere/

    Lien permanent 3 commentaires
  • Rouge et variations... Le poétique virus ne nous fait pâlir, il nous fait jouir (XVI)

    L'étoffe rouge enrage les taureaux ;

    Les drapeaux galvanisent les humains ;

    Servant leur pays, ils sont des héros,

    Pourtant l’infamie coule entre leurs mains.

     

    Les fous endoctrinés ont le béguin

    De ces vierges immaculées de sang

    Les recouvrant de rouge, de sanguin,

    Dans un paradis qui tue l'innocent.

     

    L'âme vaurienne rouge de vergogne

    Se morfond sous la chape des remords ;

    Aux peines des martyrs elle se cogne ;

    Les sanglots la hantent jusqu'à la mort.

     

    La couleur rouge de maintes passions

    Scintille dans l'antre de la folie ;

    La haine flamboie dans l'aberration ;

    L'amour rallume la chair ramollie.

     

    Rougit par le désir, il court la gueuse ;

    Lorsqu'il l'aperçoit, son âme frémit ;

    Félicité suprême ou passion nargueuse,

    Aux brumes du matin, l'amant gémit.

     

    Le fil rouge du défavorisé

    Entoure la révolte ensemencée

    Dans les joies qui se sont vaporisées

    En de vertes chimères insensées.

     

    Elles ont été marquées au fer rouge ;

    Sous l'horrible cagnard, les femmes pleurent,

    La faim tenaille l'homme dans un bouge ;

    Jour après jour, des milliers d'enfants meurent.

     

    L'homme repu manquant de fantaisie

    Se noie dans un vin rouge capiteux ;

    Les malheurs du monde s'anesthésient,

    Ailleurs, on entend hurler les miteux.

     

    A l'aube de la nuit, l'astre rougit ;

    En colère devant la destinée,

    Il éclaire la chance qui surgit

    Dans les infortunes abandonnées.

     

    David Frenkel

    Lien permanent 0 commentaire
  • Au temps du coronavirus, l'homicide passif envers les vieux

    Lorsque l’on se penchera avec le recul sur les ravages du Covid-19, les gens doté d’un brin de conscience ne pourront éviter de mettre en avant la froideur criminelle d’une certaine société.

    On verra que celle-ci se composait de nombre de quidams prenant la parole au détour d’un échange sur ledit virus ou de maints responsables de fonctions clés.

    En relisant certains commentaires véhiculés sur les réseaux sociaux on ne pourrait qu'être frappé de répulsion aux idées admises par des individus jetant placidement les vieux au rebut. Agir ainsi, c'est cracher sur des vies pouvant receler des richesses insoupçonnées.

    Et en se replongeant seulement dans les deux témoignages, dont je vous donne ci-après lecture, la face perverse d’un certain monde se dévoilera dans toute son honteuse horreur. Que le coronavirus ait pu déclencher un grand élan de solidarité n’occultera pas l’indifférence immonde que cela a suscité chez beaucoup d’humains. Certaines gens doués, même tant soit peu, de sensibilité frémiront devant le géronticide commis au vu et au sus des familles et des proches, et dont les protestations ont sombré dans les limbes de l’abjection. Sans préjuger du succès des plaintes déposées, j'ajouterais qu'elles ne feront pas revenir les morts.

    Voici le premier témoignage (https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-des-victimes-ou-proches-de-victimes-engagent-un-recours-contre-letat_3955247.html)

    Géraldine a perdu son père Jean-François, 69 ans, décédé du coronavirus chinois le 7 avril dernier, dans un hôpital parisien. Elle se remémore ses derniers jours :

    « Il n’y avait pas le matériel nécessaire, ni les médicaments nécessaires. Ils ont fait une demande de respirateur qu’ils n’ont jamais eu.
    Il avait une détresse respiratoire aiguë et il avait besoin de plus d’oxygène. On n’a pas voulu l’envoyer en réanimation parce qu’il était au-delà d’un âge limite défini par la circulaire.
    On nous a empêché de l’envoyer en réanimation alors que son état le nécessitait. Il en est mort.

    Pour Géraldine, on ne lui a laissé aucune chance et le responsable c’est l’État. Elle a donc choisi de déposer un recours administratif en responsabilité. 

    « Surtout, avec cette action, je veux faire en sorte que ça ne se reproduise plus », souligne-t-elle, « et je pense que l’État a une grande part de responsabilité. Il n’y a pas eu d’anticipation dans cette crise : pas de masque, pas de test, pas de confinement au début ».

    Et voici le deuxième témoignage  (https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-laisse-mourir-les-vieux-accuse-eric-ciotti-6806424)

    Interviewé sur Radio J, ce dimanche 12 avril, Éric Ciotti a critiqué le refus d’hospitalisation des personnes en Ehpad atteintes du coronavirus. « On a laissé mourir nos vieux », a-t-il affirmé On a refusé d’hospitaliser des personnes qui étaient atteintes dans les Ehpad, on les a laissés quelque part mourir dans l’indifférence, sans prise en charge sanitaire adaptée, a-t-il insisté dans une interview à Radio J.

    Selon le dernier bilan national communiqué samedi soir, le coronavirus a emporté plus de 4 889 résidents des Ehpad et des établissements médico-sociaux depuis le début de l’épidémie, qui touche particulièrement les personnes âgées ou fragiles.

    Ce bilan sera le plus grand scandale de ce moment tragique pour notre pays, selon Éric Ciotti, qui a dénoncé une politique de refus de prise en charge par les SAMU de personnes âgées, et mis en cause des choix qu’il attribue à des raisons de capacité hospitalière, alors qu'il y avait d’autres réponses, notamment la sollicitation de l’hospitalisation en secteur privé...

    David Frenkel

    Lien permanent 12 commentaires